Voyages & Découvertes

the Cityboy Community Ciné Club

samedi 4 juillet 2009 par Pinat Pierre

[!sommaire]
Mon ciné de quartier bat son plein !
Tous les samedi soir ou presque, je sors ordi et projecteur, suspends un drap blanc au fond du garage, achète 5 dollars de popcorns (l’équivalent d’une énooorme bassine pleine !), ouvre le portail à la cinquantaine de mômes du quartier… et c’est la fête chez Cityboy.
La seule condition : chacun doit apporter sa chaise !

Récemment, j’ai passé un documentaire sur l’Arctique. La neige, les ours blancs, les pingouins, je suis conscient que pour la majorité des enfants – et même des adultes - c’est la première fois qu’ils voient cela, même à l’écran.
À la vue d’une baleine, un des gamins me demande : « C’est quoi ça ? Un sous-marin ?! »

24 hours

Je vis ma vie à 200 à l’heure. Entre la capitale et la brousse, je continue à survoler le pays de long en large. Sous mes yeux se déroulent des hectares et des hectares de forêt vierge. Fabulous. J’aime travailler loin de la ville. Les ressources sont limitées, les rapports entre les gens plus simples.

Il y a tant à faire, tant à construire. Je bouillonne d’idées 24 heures sur 24. Je suis passionné, témoin et acteur d’un pays qui renaît de ses cendres.

Je me souviens quand j’ai posé pour la première fois les pieds à Monrovia, je ne connaissais absolument personne. zéro. nobody. Je me demandais bien comment je ferais pour me sentir un jour à l’aise dans une ville aussi étrangère, laide et dévastée.

Deux ans et demie plus tard, nous avons tous fait un bon bout de chemin. Si paradoxalement il y a encore tout à faire, quelle différence ! Les rues s’animent le soir, les boutiques ouvrent, les maisons repeignent leur façade…

Les pessimistes disent que quand l’ONU quittera le pays, les troubles recommenceront, que les Libériens replongeront dans la guerre, qu’ils sont incapables de se prendre en charge. Je ne suis pas d’accord. Je ne veux pas me ranger dans le rang des pessimistes.

the garden

Il y a un bar génial qui a ouvert il y a quelques mois à Monrovia. C’est le Garden Café. Tous les vendredi soirs, un groupe local sympa joue les hits africains du moment. D’autres artistes – faisant partie de l’audience - s’y joignent de manière impromptue. Pour un ou deux morceaux, l’une va danser, l’autre va chanter, un encore va lire un poème… C’est du café théâtre à la mode ouest africaine !

Je n’allais bien sûr pas laisser s’échapper une telle aubaine. Après quelques répétitions hors projecteurs, me voilà embauché à fredonner quelques tubes en langue française, (Henry Salvador) anglaise (Abba) ou espagnoles (Manu Chao). J’vous jure c’est vrai. C’est trop cool ! (Peux pas m’empêcher de jouer la star !)
Alors chaque vendredi, le Garden Café devient un peu ma maison…

And then am wondering …how will I ever be able to leave Liberia ?
Comment pourrais-je un jour quitter le Libéria ?

Et pourtant il faut commencer à songer au départ…

pierre-petit-pierre


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 412 / 46583

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Libéria  Suivre la vie du site Monrovia   ?

[

Site réalisé avec SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

] [ [

Creative Commons License

] ]